Si tu découvres ce blog avec ce billet, prends quelques minutes à la fin de ta lecture pour découvrir le Campus et toutes les ressources complémentaires qu'il t'offre en accès libre en cliquant ici.

J’ai réservé une semaine de vacances.

Pas très loin, 100 kilomètres à peine vers l’Ouest à travers les magnifiques routes d’Auvergne, pour atteindre la frontière de la Corrèze et piquer la tente, le temps de sept petits jours, au bord du lac de Bort les Orgues. Sur le sable nous serons cinq. Deux adultes, trois enfants. Une famille recomposée comme il en existe tant d’autres aujourd’hui.

Cette année les vacances ont pour moi un petit goût d’autrefois. Quand mes parents chaque été emmenaient leurs cinq enfants pour camper ici, là bas, tous les ans changeant de région ou de pays. J’ai déjà emmené mes enfants dormir sous la tente, mon petit Marin avait à peine 3 semaines lorsque l’île de Ré lui a offert son diplôme de campeur émérite pour 15 jours au soleil. Mais cette année ils sont tous grands, 11, 4 et 2 ans.

Je revois mes parents.

Ma mère, son Routard vissé à la main tout le mois précédent le départ. Mon beau-père, vérifiant dans les tentes que le compte de sardines y était bien, montant le coffre de toit pour stocker les bagages que notre voiture, pourtant grande mais bien trop vite remplie une fois les cinq enfants installés, ne pouvait pas accueillir.

Je revois les trajets, les kilomètres, les siestes transpirantes dans l’habitacle sans clim, les pauses sur l’autoroute et les étapes qui faisaient que le trajet, même quand il durait trois jours, c’était déjà les vacances.

Je revois le moment tant attendu de l’arrivée. Monter les tentes vite vite vite, parce qu’il fallait absolument pouvoir se baigner là maintenant, tout de suite. Je revois les copains et les copines, ces connaissances éphémères, mais finalement pas tant que ça, car 20 ans plus tard, je me souviens de prénoms, de visages et de langues étrangères qui n’étaient pas un obstacle, de moments précieux où l’on engrangeait tout ce qu’on pouvait de rires et de jeux avant de repartir et de ne plus jamais se revoir.

Et je me vois.

Aujourd’hui, à faire ce que ma mère a fait avant moi. A réserver les vacances, à lire le Routard, à vérifier le matériel et à imaginer les vacances des enfants, leurs plongeons dans le lac, leurs châteaux de sable et leurs petits secrets entre copains, trésors précieux des jeunes années. Je me vois être définitivement passée du côté des parents et maintenant, c’est moi qui organise les vacances. Et j’aime ça.

Tant d’années ont passé…il semble si proche, et en même temps si loin, le temps de mes petits cheveux blonds.

vieillir

Photo : moi petite, retrouvée chez ma grand-mère l’été dernier.

Enregistrer

Enregistrer