Et si on parlait séries aujourd’hui ?

Netflix et moi, c’est une grande histoire d’amour depuis bien longtemps, mais j’avoue que le confinement renforce encore nos liens déjà bien étroits 😛

Je suis une grande accro des séries, j’en regarde vraiment, vraiment plein, beaucoup trop diraient certains 😀 Aujourd’hui je vous parle des 5 séries fantastiques que j’ai préférées ces 6 derniers mois. On y va !

#5 – The 100

Affiche The 100

97 ans après une guerre nucléaire mondiale ayant décimé les Humains, un groupement de 12 navettes spatiales appelé l’Arche abrite 2400 survivants qui se succèdent dans l’espace depuis trois générations.

Pour préserver les ressources et assurer la fragile sécurité de ce huis clos, les naissances sont régulées et les condamnations lourdes : tout manquement aux règles entraîne la prison pour les mineurs et la peine de mort pour les majeurs. 

Face à la pénurie qui menace à bord du vaisseau, les dirigeants de l’Arche décident d’envoyer secrètement 100 détenus mineurs en exploration sur Terre afin de déterminer si elle est, oui ou non, redevenue viable. Une mission suicide qui ne dit pas son nom…

Clarke, Bellamy, Octavia et leurs jeunes compagnons découvrent alors une planète aussi merveilleuse qu’hostile et comprennent, rapidement, qu’ils ne sont pas les seuls à avoir échappé au désastre. 

Etrangers sur leur propre planète, leur survie dépendra de leur capacité à apprendre la loyauté, la coopération, l’empathie et le sens du bien commun. 

Mon avis

J’ai aimé la richesse des personnages, dont les arcs narratifs sont développés avec beaucoup de force saison après saison. En filigrane de ce monde post-apocalyptique, l’histoire traite une question furieusement d’actualité : les Humains sauront-ils apprendre de leurs erreurs passées et reconstruire un autre modèle de société ? 

Mention spéciale pour la bande originale d’une grande qualité, qui sert autant l’intrigue que les personnages. 

A noter tout de même des saisons parfois inégales, mais l’ensemble tient quand même très très bien la route.

Les 6 saisons de The 100 sont disponibles actuellement sur Netflix.

Bande annonce VOST :

#4 – Lucifer

Affiche Lucifer

Bienvenue au Lux, nightclub endiablé de Los Angeles et pour cause…il est tenu par le diable en personne, Lucifer Morningstar.

Lassé d’être le roi des enfers, il s’est offert un aller simple pour la Terre sous les traits d’un gentleman soooooo sexy à l’humour plus que caustique, et doté d’un troublant pouvoir : il peut pousser n’importe qui à lui révéler ses désirs les plus profonds. 

N’importe qui….sauf elle, Chloé Decker, enquêtrice du LAPD avec laquelle il collabore pour élucider le meurtre d’une chanteuse en vogue devant les portes de son club. Devant son efficacité sur le terrain, Chloé lui offre le rôle de consultant sur ses futures affaires. 

Pendant ce temps, Dieu n’a pas dit son dernier mot face à la désertion de son diable de fils. Bien décidé à le ramener dans son royaume, il envoie l’ange Amenadiel sur Terre pour convaincre Lucifer de rejoindre les Enfers. 

Mon avis

Si vous avez connu la série Castle, Lucifer en est une cousine pas si éloignée : une femme flic, un consultant brillant et pour le moins charmant, un humour décalé et un brin de romance…mais Lucifer va assurément plus loin que ces ficelles évidentes. 

Cette série est une belle métaphore d’une quête de rédemption. Elle raconte le long combat intérieur d’un homme pour choisir qui il veut devenir, malgré les prédéterminations qui lui sont transmises par la société, la religion et l’Histoire.

Lucifer nous parle de la dualité des êtres, et du fait que l’ombre ne peut pas exister sans la lumière. Elle nous interroge aussi sur notre capacité à accepter les autres tels qu’ils sont. 

D’abord produite par la Fox sur les 3 premières saisons qui connaissent parfois quelques longueurs, la série opère un tournant artistique et narratif impressionnant lors de sa reprise par Netflix pour la saison 4 qui est pour moi un chef d’oeuvre du genre, d’une intensité rare.

Autant dire que j’attends la saison 5, prévue pour mai 2020 mais retardée suite au coronavirus, avec une impatience grandissante !

Les saisons 1 à 4 sont disponibles actuellement sur Netflix.

Bande annonce VOST :

#3 – Sense8

Affiche Sense8

Nomi, Will, Riley, Capheus, Sun, Lito, Kala et Wolfgang vivent aux quatre coins de la planète. Rien ne les relie, jusqu’au jour où ils commencent à partager des expériences sensorielles, intellectuelles et émotionnelles communes, à des milliers de kilomètres les uns des autres.

Mais leur étrange connexion ne s’arrête pas là : ils ont également la capacité d’intervenir, à distance, dans la réalité des autres. 

Ils découvrent bientôt que d’autres expérimentent les mêmes aventures, et qu’elles pourraient bien mettre leur vie en danger : une mystérieuse organisation est à leur recherche, et ce n’est assurément pas pour prendre le thé. 

Mon avis

Sense8 (prononcez Sense Eight, jeu de mot avec sensate) est une série magnifique. Une ode à l’Humanité dans ce qu’elle a de plus profond, une célébration de l’amour, de l’entraide et des liens. Une superbe allégorie de l’empathie et de la sensibilité, servie par une intrigue en tension continue qui ne cesse de s’intensifier. Le tout appuyé par une BO vraiment formidable.

La série se compose de 2 saisons soit 24 épisodes, les 2 derniers aussi longs que des films. On doit sans doute l’ immense qualité de ce programme au fait qu’il est une création des soeurs Wachowski, déjà à l’origine de la trilogie Matrix.

Le début de la série peut être toutefois déstabilisant : les premiers épisodes posent les personnages et la façon dont chacun découvre, expérimente et accueille ses nouvelles facultés. Certain-e-s y ont vu des longueurs, moi j’y ai vécu des rencontres fortes avec chacun des protagonistes…à vous de vous faire votre propre idée ! 

Sense8 prend aussi à bras le corps des sujets délicats : genre, sexualité, religion y sont développés avec beaucoup de finesse, mais impossible de passer à côté de l’engagement militant qui nourrit le scénario et les arcs narratifs de chacun des personnages.

En cela, Sense8 est aussi une série éminemment politique, qui trouve toute sa place dans les grands bouleversements sociétaux que nous connaissons aujourd’hui. 

Les 2 saisons sont disponibles sur Netflix.

Bande annonce VOST :

#2 – The Walking Dead

Affiche The Walking Dead

Après plusieurs semaines de coma suite à une blessure par balle dans l’exercice de ses fonctions, Rick Grimes, adjoint au shérif du comté de Kings en Géorgie, se réveille dans un monde où tout a changé. Une épidémie a décimé la population et présente un problème de taille : elle change les humains en morts-vivants qui n’ont qu’une idée en tête…dévorer toute forme de vie qui passerait trop près d’eux. 

Seul dans cette désolation post-apocalyptique qui grouille désormais de zombies, Rick cherche sa femme et son fils. Sa quête l’amène à la rencontre d’un groupe de survivants d’Atlanta, dont il finira par prendre les rênes pour les amener aussi loin – et aussi longtemps – que possible. 

Dans leur lutte pour survivre, ils apprendront que le plus grand danger ne vient pas forcément des morts qui rôdent. Les vivants, eux aussi, sont une menace permanente et bien plus sournoise.

Mon avis

Cette histoire des zombies envahissant le monde est vieille comme le monde, justement. Le pitch est vu et revu, et on pourrait s’attendre alors à tomber sur une énième version de l’apocalypse gore à la sauce américaine.

Et pourtant après 10 saisons, on en redemande encore…Tirée des Comics du même nom écrits par Robert Kirkman et dessinés par Tony Moore, The Walking Dead est un bijou du petit écran dans laquelle le contexte effrayant et, il faut l’avouer, un brin sanguinolant n’est qu’un prétexte au développement de sujets bien plus profonds. 

Elle raconte l’émergence d’un leader, et la façon dont il parvient à mener son groupe au maximum de ses capacités pour assurer la survie de tous sans laisser personne sur le bord du chemin. 

La question de l’intelligence émotionnelle est au coeur de cette saga et c’est ce qui la rend unique. Alors qu’on imagine aisément que le « chacun pour soi » puisse devenir la règle absolue dans ce genre de contexte, Rick opte pour la cohésion maximale, donnant à chacun la capacité d’agir et de progresser, pour continuer d’avancer et augmenter les chances de survie du collectif qu’il transforme en une véritable famille.

Les personnages évoluent au fil des saisons selon des arcs narratifs d’une grande puissance, et les méchants sont vraiment….très méchants. 

On peut reprocher à TWD des saisons inégales en intensité et en cohérence notamment pour les saisons 6, 7 et 8, mais tout cela est bien vite pardonné par la qualité des acteurs, la maîtrise du suspens, de la narration et de la réalisation de haute voltige dont la série fait preuve. Pas étonnant quand on sait qui est derrière et notamment le réalisateur des films Les évadés et La ligne verte, ainsi que les producteurs de Terminator et Alien.

Un must à ne vraiment pas manquer ! 

Les saisons 1 à 9 sont disponibles sur Netflix et Amazon Prime Vidéo. La saison 10 est d’ores et déjà disponible en VOST sur OCS, et à partir d’octobre 2020 sur Netflix et Amazon Prime. 

Bande-annonce VOST :

#1 – Outlander

Affiche Outlander

1945. Après 5 ans de séparation durant la seconde guerre mondiale, Claire, infirmière au front, et son mari Franck Randall partent en Ecosse pour une seconde lune de miel. 

Lors d’une étape à Inverness dans les Highlands, Claire assiste malgré elle à un rituel étrange sur un site mégalithique. Au moment de repartir, elle touche l’immense pierre centrale et se retrouve propulsée en 1743, au coeur d’une Ecosse qui lutte pour son indépendance face à l’armée Britannique. 

Etrangère et désorientée dans ce nouveau monde dont elle ne connaît rien, elle rencontre Jonathan « Black Jack » Randall, capitaine des Dragons, sosie et ancêtre de son mari. Alors qu’elle se retrouve en situation délicate, elle est emmenée par une troupe de Highlanders parmi lesquels Jamie Fraser, insurgé dont la tête est mise à prix par la couronne d’Angleterre.

Commence pour Claire un voyage fascinant au coeur de la politique, de l’Histoire, de la guerre et de l’amour, entre deux mondes – et deux hommes – que tout oppose. 

Mon avis

Tirée de la célèbre saga de fantasy Outlander – Le chardon et le Tartan de Diana Gabaldon, Outlander a emporté ma tête, mon corps et mon coeur comme aucune autre série avant elle. 

A cause de ses paysages à couper le souffle, de ses reconstitutions minutieuses des villes, des villages, des terrains coloniaux du Nouveau Monde, des campements indiens ou de Versailles dans toute la splendeur de son faste. 

A cause de ses costumes d’une beauté absolue, qu’ils soient faits de dentelles ou de haillons. 

A cause de sa musique d’une qualité sans pareille et qui résonne, pour moi qui ait été bercée par les airs d’irlande et d’Ecosse, comme une mélodie intime.

A cause de Jack Randall, que je consacre « méchant de fiction le plus horrible de l’Histoire » grâce à la performance d’acteur phénoménale de Tobias Menzies, que vous aurez peut-être déjà vu dans d’autres séries majeures comme Rome ou Game of Thrones, ainsi que dans le James Bond « Casino Royale ». 

A cause de l’Histoire, omniprésente dans l’intrigue, qui nous happe et nous enferme dans l’angoisse de la guerre qui fait rage, dans la violence du quotidien du XVIIIème, dans la détresse de l’esclavage, dans la douleur du viol banalisé comme arme de domination des femmes. 

A cause de Jenny, Murtagh, Petit Ian, Fergus, Dougal, Angus, Rupert…tous ces personnages qui campent l’esprit rebelle des Highlands et qui donneraient leur vie pour la Cause. 

A cause de Claire, dont la voix off commente le récit au fur et à mesure qu’il se déroule sous nos yeux, apportant un point de vue féminin sur un monde où les femmes n’ont qu’une place toute relative et vivent un danger permanent. 

A cause de Jamie. Oh, Jamie… y a-t-il vraiment une personne qui saurait ne pas être amoureuse de toi si tu existais vraiment ? 

A cause de Jamie et Claire. Ce couple aux débuts improbables qui finira par s’apprendre physiquement, émotionnellement et intellectuellement pour former le couple le plus intense et le plus pur qu’il m’ait été donné de voir à l’écran. Leur alchimie est un poème. Venue du futur, Claire apprendra au Jamie du XVIIIème siècle à vivre un amour égalitaire et soutenant. Ainsi Jamie, homme de son temps marqué, malgré lui, par les traditions masculines dominantes, redécouvrira le couple comme un espace de réconfort et de liberté, la sexualité comme un lieu sacré de partage, de respect et d’épanouissement absolu. A travers les guerres, les épreuves, les douleurs et la violence de l’époque, Jamie et Claire feront de leur amour une histoire invincible, transcendant l’espace et le temps.

A l’heure où j’écris ce billet soit un mois après avoir découvert cette pépite, j’ai déjà regardé 2 fois chacune des saisons disponibles en intégralité. J’ai aussi commencé le premier roman, j’écoute la BO en faisant la vaisselle, j’ai rejoint un groupe Facebook de fans (le truc que je pensais ne jamais faire de ma vie), et je suis à deux doigts de changer mon fond d’écran pour un paysage des Highlands. Que quelqu’un me vienne en aide ! 😀

Les saisons 1 à 4 ainsi que la saison 5, en cours de diffusion sont disponibles sur Netflix et sur Amazon Prime Vidéo.

Bande annonce VOST : 

Et vous, quelles sont vos séries préférées en ce moment ?

Vous avez aimé ce billet ? Partagez-le sur vos réseaux 🙂

Top 5 séries fantastiques