Si tu découvres ce blog avec ce billet, prends quelques minutes à la fin de ta lecture pour découvrir le Campus et toutes les ressources complémentaires qu'il t'offre en accès libre en cliquant ici.

37 moins 12, ça fait combien ?

Ca fait 25.

25 p*%+@n d’années pendant lesquelles je me suis (dé)battue avec un acné persistant, particulièrement actif lors de mes règles mais aussi à n’importe quel moment de ma vie en fait. Il était là tout le temps. La période ado a été un enfer. On s’étonne souvent que je ne figure pas trop sur les photos de l’époque mais c’était volontaire ! Pendant près de 7 ans je n’ai pas mis de débardeur, car non content d’occuper mon visage, ce fléau cutané trouvait que mes épaules et mon décolleté étaient bien agréables.

Avant d’aller plus loin et si tu n’as pas envie de savoir comment et pourquoi j’en suis venue à la routine que j’utilise actuellement, tu peux filer directement à la fin du billet pour connaître les différents soins que j’apporte à ma peau.

J’ai conservé de cette époque de nombreuses cicatrices. Ma peau a été durablement abîmée et marquée. J’ai nourri des complexes pendant des années, il m’est même arrivé de pleurer dans les cabines d’essayage à l’approche de l’été quand il fallait choisir un nouveau maillot de bain et découvrir cette peau que je détestais.

De 12 à 31 ans, j’ai essayé tout ce qui me passait sous la main en grande distribution : gels nettoyants, lotions, gommages, masques, la totale ! J’ai rapidement abandonné l’idée de me maquiller quotidiennement (ce qui n’est plus mal au final), car ma peau ne supportait pas d’être recouverte de la plus petite couche de fond de teint. J’ai fini par abandonner aussi, l’idée d’avoir un jour une peau ne serait-ce que correcte. Je pensais vraiment que je passerais ma vie avec ça, puisque j’avais visiblement testé tout ce qui existait pour en venir à bout, sans succès.

Avec l’arrivée de mes enfants, les choses se sont un peu calmées, sans doute une modification hormonale qui a apaisé le problème, sans pour autant le régler. Et puis un jour, fin 2012, j’ai eu l’occasion de faire un soin du visage dans un spa réputé. L’esthéticienne était en train de me masser le front quand elle m’a dit « dites donc, qu’est-ce qu’elle est sèche votre peau ! ».

PARDON ?!

Là je me retourne, je la regarde avec des yeux ronds et je lui dis « comment ça, sèche ? Ca fait des années que je me bats avec de l’acné, elle est plutôt super grasse ! ». Cette gentille dame m’a assuré que ma peau était très sèche, et qu’elle ne graissait en surface que parce que je l’agressais quotidiennement avec des produits censés réduire mon acné mais qui, au final, ne faisaient qu’en rajouter car ils entretenaient le problème.

Et alors là mes ami-e-s, croyez bien que ma vie a changé.

Depuis toujours, je croyais que si j’avais de l’acné, c’était parce que ma peau était grasse. En même temps regardez les rayons concernés au supermarché : les produits anti acné sont tous orientés sur les peaux grasses, qu’ils assèchent pour tenter de limiter les imperfections.

Or, sur une peau sèche c’est une catastrophe : encore plus sèche, elle dérègle complètement la production de sébum pour se rétablir de l’agression, en produit ainsi beaucoup trop, et c’est la fête du spot partout sur ton visage.

Alors, il serait trop beau de dire que cette dame m’a indiqué quelle routine naturelle adopter pour corriger ça. Elle m’a plutôt vendu un sérum hydratant miracle (et hors de prix) de chez Sothys, à appliquer tous les matins et tous les soirs après avoir nettoyé ma peau au savon surgras. Ca a très bien fonctionné. Vous me direz, à 27 euros le flacon, il y avait plutôt intérêt.

J’ai passé deux ans ainsi, à utiliser, racheter, utiliser, racheter, utiliser, racheter ce sérum. Bonjour le gouffre financier, mais pour en finir avec les boutons j’aurais vendu un rein.

Malheureusement, comme tout soin du visage qu’on ne fait pas évoluer, ma peau a fini par ne plus être réceptive à ses effets. L’acné est revenu, j’ai abandonné le sérum pour me tourner vers diverses crèmes hydratantes du commerce, aucune ne convenait, et je suis retombée dans une phase d’acné chronique. Bien moins répandu qu’avant, mais tout de même, il y en avait tout le temps, au moins un peu.

J’étais dépitée.

Jusqu’en 2015 et ma rencontre avec la cosmétique maison.

Je n’avais pas oublié le verdict de sécheresse cutanée que m’avait donné l’esthéticienne. Alors quand j’ai découvert la recette de crème de jour d’Antigone XXI, j’en ai testé de nombreuses versions, avec différentes huiles végétales adaptées aux peaux sèches : jojoba, avocat, argan, amande douce…. Dans cette crème on met aussi de l’aloe vera, ingrédient que je découvrais à l’époque et dont je n’avais pas encore compris les incroyables propriétés.

En quelques semaines d’application de cette crème, ma peau était transformée. C’est simple, je n’avais pas souvenir d’avoir réussi à obtenir une peau aussi nette depuis mes 12 ans. J’ai repris espoir et je me suis mise à chercher la composition parfaite pour moi : quelles huiles, en quelle saison, quand alterner pour que ma peau ne s’habitue pas et continue à en profiter….Une vraie révolution dans mes soins cutanés et mon acné a vraiment diminué à partir de ce moment là. Sauf que ! J’avais une autre croyance sur l’acné.

Après celle qu’il ne touchait que les peaux grasses, je croyais aussi qu’il était aggravé par la consommation de graisses.

[BREAKING NEWS] C’est faux !

En fait, le vrai problème de l’acné, ce sont les glucides. Pourquoi ? Parce qu’ils font sécréter de l’insuline et que l’acné est insulino-dépendant. Autrement dit plus on consomme de glucides, plus on aggrave le problème. J’ai appris ça à force d’écumer la littérature scientifique sur le sujet et les sites de naturopathie ces deux dernières années.

Et comme je suis une fille curieuse, j’ai décidé de mesurer l’impact que la consommation de glucides avait sur ma peau de façon générale. L’été dernier, je me suis donc amusée, pendant deux mois, à adopter une alimentation dite « low carb », autrement dit pauvre en glucides. Pour ne pas encore allonger ce billet qui est déjà bien dense, je vous propose de lire ici si le sujet vous intrigue (ainsi que les notes de fin de billet qui comportent quelques recommandations).

Le résultat a été tout simplement spectaculaire.

En quinze jours, l’acné résiduel (celui qui ne s’en va jamais vraiment) était quasiment parti. Diminution massive de toutes les imperfections, des rougeurs également. En fait, moi aussi j’avais droit à une peau sympa ?! Incroyable.

J’ai conservé ces habitudes alimentaires (en version végétariennes et véganes) jusqu’aux congés de Noël, et puis les fêtes sont venues se greffer là dessus et BIM, retour en force des glucides. Et de leurs copains les boutons. Depuis, je n’ai pas encore réussi à réinstaurer sérieusement le low carb dans mon quotidien car nous mangeons souvent hors de la maison, mais je suis devenue ultra pointue sur les soins du visage naturels, faits maison, et très bien adaptés aux peaux sèches à problèmes. Donc, ça limite fortement la casse, en attendant de revenir à ma peau presque parfaite de la fin 2019 !

Ma routine (oui, enfin ^^)

2 à 3x par mois :

Le gommage : indispensable pour libérer la peau des cellules mortes qui facilitent la prolifération des bactéries, et empêchent les soins hydratants, désinfectants ou nourrissants de pénétrer correctement dans l’épiderme. Selon la nature de la peau, on utilisera différents agent abrasifs : ma peau sèche est réactive et sensible, exit donc le sucre ou le marc de café qui l’enflamment très vite. Je leur préfère la poudre d’amandes ou la noix de coco râpée ! Recette :

  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de poudre d’amandes.

Je masse par petits mouvements circulaires en évitant le contour des yeux et je rince à l’eau tiède.

1x par semaine :

Le bain de vapeur : une casserole d’eau bouillante avec 2 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree (antiseptique), la tête sous une serviette et je laisse la vapeur nettoyer la peau en profondeur (ouverture des pores, désinfection et détoxification) pendant une dizaine de minutes. Je sèche ensuite ma peau sans frotter avec la serviette.

Le masque miel/cannelle : le miel a des propriétés antibactériennes, purifiantes, hydratantes et cicatrisantes. C’est l’allié indispensable pour les peaux acnéiques, qu’elles soient sèches, mixtes ou grasses (sèches, il les hydrate, grasses ou mixtes il les régule !). La cannelle a des vertus antibactériennes et antioxydantes. L’alliance des deux constitue un soin très efficace pour réduire les boutons mais aussi les cicatrices, ainsi que pour resserrer les pores de la peau. La recette que j’utilise est ici. J’applique ce masque après le bain de vapeur pour un nettoyage profond de la peau.

2x par semaine :

Un masque à l’argile blanche, à l’hydrolat de thym linalol et à la poudre de rose : l’argile blanche a des propriétés cicatrisantes et anti-inflammatoires. Elle resserre également les pores. L’hydrolat de thym à linalol est un puissant anti-infectieux qui purifie et rééquilibre la peau. La poudre de pétales de roses, utilisée notamment en Ayurveda, a des propriétés apaisantes pour les peaux sensibles et réactives (en plus d’avoir une odeur à tomber et de ralentir le vieillissement cutané). Recette :

  • 1 cuillère à soupe d’argile blanche
  • 1 cuillère à café de poudre de rose
  • 2 cuillères à soupe d’hydrolat (quantité de liquide à adapter en fonction de la texture que vous souhaitez donner à votre masque).

Mélanger les trois ingrédients avec des ustensiles et contenants non métalliques (l’argile blanche perd ses propriétés au contact du métal). Appliquer sur la peau en couche épaisse, laisser poser sans laisser sécher complètement.

Rincer à l’eau tiède (attention, le masque est teinté d’un joli violet, il salit un peu l’évier !) et sécher la peau sans la frotter.

Je termine ce soin par ma procédure d’hydratation habituelle : une noisette d’aloe vera appliquée sur l’ensemble du visage puis, quelques minutes après, 3 gouttes d’huile végétale (voir ci-dessous) préalablement chauffées dans les mains.

Tous les jours (matin et soir) :

Nettoyage de la peau au savon d’Alep, à l’eau tiède. Puis, application d’une noisette d’aloe vera puis de 3 à 4 gouttes d’huile végétale (variable selon les saisons et l’état général de ma peau, je varie régulièrement pour que ma peau ne prenne pas l’habitude du soin et qu’il ne perde pas son efficacité). Vous trouverez ici une liste d’huiles végétales particulièrement adaptées aux peaux à problèmes.

Le matin : j’utilise de l’huile de Jojoba actuellement. J’ai versé dans ma bouteille quelques gouttes d’huile essentielle de Tea Tree et quelques gouttes d’huile essentielle de lavande pour leur propriétés désinfectantes, purifiantes et cicatrisantes. L’huile de Jojoba est une excellente régulatrice du sébum, en plus d’assouplir et d’apaiser les peaux sèches et sensibles. J’ai considérablement réduit les soucis de brillance de la peau sur le front et le nez au cours de la journée depuis que j’utilise cette huile.

Le soir : je remplace l’huile de Jojoba par de l’huile de nigelle.. Cicatrisante, purifiante, antibactérienne, régénérante…ses propriétés sont très nombreuses et en font l’huile indispensable pour les peaux acnéiques. Comme pour l’huile de Jojoba, j’ajoute quelques gouttes d’huiles essentielles dans mon flacon.

Pour les situations d’urgence (aka le bouton en mode phare sur le menton)

Un masque ciblé à appliquer sur le(s) bouton(s) pendant la nuit : dans un petit pot en verre, je mélange

  • 2 cuillères à café d’argile blanche
  • 1 cuillère à café d’hydrolat de thym
  • 1 cuillère a café d’aloe vera,
  • 1 goutte d’HE de Tea Tree
  • 1 goutte d’HE de lavande vraie.

Je mélange (contenants et ustensiles non métalliques, à cause de l’argile blanche) et j’applique sur le bouton. Je retire la pellicule d’argile le lendemain matin avec un peu d’eau. Ce soin se conserve au frigo une semaine environ.

Vous trouvez que ça fait beaucoup ? Vous avez raison ^^

Conserver une peau en bon état me demande des efforts considérables et une grande régularité dans les soins, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle ne s’est jamais mieux portée que depuis que j’ai complètement abandonné les produits cosmétiques du commerce. Désormais je ne la traite qu’avec des produits bruts, issus de l’agriculture biologique, sélectionnés précisément pour les besoins spécifiques de ma peau, et qui au final reviennent beaucoup moins cher que d’acheter encore et encore des produits industriels. Je passe sur la réduction des emballages qui est juste phénoménale.

Comme dit plus haut dans ce billet, cette routine de soins s’accompagne aussi d’une vigilance alimentaire importante. Je sais désormais que plus mon alimentation comporte de glucides, plus mes problèmes de peau augmentent. Je veille donc à en manger le moins possible et quand je fais des écarts, ça ne pardonne pas malheureusement.

Quelques remarques importantes pour finir :

Trouver une routine adaptée à sa peau est une opération qui demande de la patience. Aidez-vous des sites spécialisés pour définir votre type de peau (sèche, normale, mixte, grasse) et sa tendance (acnéique, terne, sensible ou déshydratée…en sachant qu’elle peut en combiner plusieurs !). Ensuite, testez les savons, huiles, hydrolats et huiles essentielles préconisés sur une petite période pour observer les effets, vous saurez rapidement si ils vous conviennent ou non et comment les utiliser au mieux (quelle fréquence, quelles quantités, seuls ou en alternance avec d’autres…)

Lorsque vous utilisez un nouveau produit cosmétique, même brut, testez-le d’abord sur une partie de votre peau (par exemple dans le creux du coude) pour vérifier que vous n’y êtes pas intolérant-e ou allergique. C’est particulièrement vrai lorsque vous utilisez des épices comme la cannelle ou des huiles essentielles, qui peuvent être mal tolérées du fait de leurs puissants principes actifs.

L’alimentation low carb n’est pas un régime : elle peut être adoptée au quotidien pour une durée indéterminée. Elle peut, toutefois, ne pas convenir à tout le monde et présenter un risque en fonction de votre situation de santé ou de vos besoins spécifiques. Toute modification importante de votre régime alimentaire doit être réfléchie en fonction de votre contexte, de vos besoins et des capacités de votre corps. Un avis médical est toujours bon à prendre pour opérer le changement sans risques inutiles.

Et vous l’acné, ça se passe comment ? Vous en avez toujours même adulte ? Quelles sont vos astuces pour le limiter et soigner votre peau ?

Vous aimé ce billet ? Partagez-le sur vos réseaux 🙂