Si tu découvres ce blog avec ce billet, prends quelques minutes à la fin de ta lecture pour découvrir le Campus et toutes les ressources complémentaires qu'il t'offre en accès libre en cliquant ici.

Les finances et moi, ça a toujours un peu fait 36.

Pour ne pas dire 36000. Ou 36 000 000…C’est effectivement un aspect de ma vie où je n’ai jamais réussi à faire preuve de rigueur. De vraie rigueur, dans le sens faire ses comptes dans le détail, pointer les prélèvements sur les relevés bancaires, comparer les tickets CB et les débits réels, conserver mes tickets de caisse ou de retrait en espèces…Là-dessus je suis vraiment nulle. Zéro pointé. Résultat, des finances souvent ric-rac, une vue globale de ce que j’ai et de ce que je peux dépenser mais pas de projection à long terme, pas de budget fixe pour le mois ou bien très approximatif et, bien souvent de fait, des séances de jonglage pour réussir à caser les imprévus ou les gros prélèvements qui s’invitent plusieurs fois dans l’année : taxe d’habitation, régul EDF, 5cm de plus en bas des jambes de ma fille qui imposent de racheter son dressing trois semaines à peine après le précédent (si toi aussi tu es parent tapes dans tes mains 🙂 ). Et de tout ça, j’en ai marre, marre, marre.

Dans mon billet Octobre dans mon Bullet Journal, j’ai parlé des Level 10 life & Level 10 goals. Parmi les 10 domaines de ma vie évalués dans cette double page, il y a les finances et, sans surprise, elles sont évaluées à 2 sur 10 vu mes piètres compétences en la matière et l’étendue du chantier pour améliorer ça.

bullet-journal-octobre-6

Ainsi donc, sur la page de droite au chapitre finances, ai-je soigneusement noté quelques réflexes à acquérir  : conserver désormais mes tickets, faire un audit précis de mes comptes, et gagner en rigueur de façon générale. J’avais également noté de me documenter sur un outil découvert lors de mes recherches internet sur la tenue des comptes : le Kakebo.

Le Kakebo, kézako ?

kakebo-2016-dominique-loreau

C’est un cahier qui nous vient du Japon, dans lequel sont consignées toutes les dépenses, même les plus petites pour les chewing-gums ou le pain au chocolat de la mi-journée. Au Japon, tout le monde tient un Kakebo dès le plus jeune âge, c’est une institution. Il permet d’avoir une vue extrêmement précise des dépenses au jour le jour mais aussi de tous les mouvements bancaires sur tous les comptes simultanément. Après pas mal de lectures sur des blogs et autres supports vantant les mérites de l’objet, je me suis décidée à commander l’édition 2016 du Kakebo de Dominique Loreau (auteur française expatriée au Japon depuis 20 ans, célèbre pour ses livres de développement personnel et notamment L’art de la simplicité ou L’art des listes), encore trouvable chez Cultura, pour tester le système sur le dernier trimestre. Je l’ai reçu mardi, et je voulais vous présenter un peu la bête qui me semble tout à fait intéressante. En effet, lors de mes recherches, j’ai eu du mal à trouver des visuels de l’intérieur de ce cahier, pour me faire une bonne idée du fonctionnement avant mon achat, et je me dis qu’une présentation détaillée ici pourra toujours servir à ceux qui voudraient en savoir plus avant de faire une nouvelle dépense (puisque c’est le thème du billet d’aujourd’hui^^).

Petit survol du contenu

Au Japon, ce livre de comptes sert aussi très souvent d’agenda, voire de journal intime. En plus des pages purement dédiées à la gestion financière, on trouve des notes, des listes, des mémos…Dominique Loreau a adapté le concept à la culture occidentale qui n’utilise pas les mêmes codes de vie que la culture Japonaise mais l’esprit initial est bien là. A la fin du cahier, une petite pochette intégrée à la couverture permet de glisser des documents (ou des tickets de caisse^^) et le livre est également fourni avec une petite planche de mini post-its qui permettent de coller ici et là des notes ou infos au fil des pages.

Les pages finances

Le coeur du Kakebo se tient au jour le jour, via un semainier sur deux pages dans lequel on consigne quotidiennement les dépenses du jour après avoir noté, en haut de colonne, la somme dont on dispose dans notre porte monnaie. En bas de colonne, on note en fin de journée le solde restant dans le porte-monnaie. Si des liquidités s’ajoutent dans la journée (nouveau retrait, argent donné par quelqu’un, trouvé au pied du toboggan ou retrouvé au fond d’un tiroir non rangé (^^), on l’ajoute à ce solde restant et le lendemain, on note en haut de colonne la somme totale que l’on a au début de la journée. A noter que le conseil numéro 1 du Kakebo est de réserver les paiements en CB pour les grosses dépenses, et de ne fonctionner au quotidien qu’avec des liquidités en retirant une somme fixe chaque semaine permettant de couvrir les besoins en alimentation, hygiène, transports, loisirs…Tout le contraire de ce que je fais actuellement^^ Je ne vis qu’avec ma CB, adepte que je suis du Sans Contact ! Tester le Kakebo revient pour moi à changer complètement mon mode de fonctionnement quotidien, gros gros chantier ! Voici donc une page semaine :

kakebo-2016-dominique-loreau-depenses-quotidiennes

Sur chaque semaine, on trouve également une citation inspirante ou un proverbe, rappelant les origines « zen » du système :

kakebo-2016-dominique-loreau-depenses-quotidiennes-2

Sur ces pages semaines, on dispose également d’un petit cadre « total par poste » qui permet de comptabiliser précisément les dépenses de chaque secteur : alimentation, loisirs, enfants, vêtements, cadeaux…ces totaux n’auront plus qu’à être reportés, un peu plus loin, sur le suivi mensuel des mouvements bancaires qui se présente sur une double page. On y consigne tous les prélèvements, virements, paiements CB, chèque émis…avec la date, le montant, le libellé du mouvement etc.

kakebo-2016-dominique-loreau-mouvements-bancaires

A droite, un cadre comme sur le semainier (juste un peu plus grand), avec le total par postes sur les 3/4 du cadre, et en bas le total des recettes, le total des dépenses, et le solde restant.

Les pages finances s’enchaînent ainsi mois par mois : les semainiers, le bilan mensuel, les semainiers du mois suivant, le bilan mensuel etc. Arrive enfin le bilan annuel des dépenses :

kakebo-2016-dominique-loreau-depenses-annuelles-par-poste

Je trouve très intéressant le décompte par postes : sur une année entière, on peut mesurer pleinement l’impact des dépenses qu’on pense anodines parce que peu élevées mais qui, cumulées sur l’année, peuvent atteindre des sommes importantes et pas forcément utilisées à bon escient. C’est une bonne façon je trouve de réfléchir à un mode de vie plus en accord avec nos envies, nos valeurs, et de diminuer les dépenses surperflues qui empêchent d’accéder à d’autres dépenses plus importantes qui nous feraient du bien (financer un voyage par exemple).

On trouve également dans le Kakebo des pages thématiques, relatives aux finances, qui peuvent être pratiques pour pouvoir garder un oeil sur l’ensemble des charges de la vie courante sans avoir à ressortir tous les classeurs de factures ou les échéanciers de crédits :

Une page sur les crédits immobiliers et véhicules

Une double page sur les crédits immobiliers et véhicules

Une double page sur les dépenses énergétiques

Une double page sur les dépenses énergétiques

Il y en a également sur les assurances, les contrats de retraite…je n’ai pas tout photographié, ce billet aurait été bien trop long tant les suivis possibles sont nombreux ^^

Les pages personnelles

Après les pages finances pures, on trouve tout un tas de pages permettant de consigner des informations personnelles :

Une double page spectacles et films. Existe aussi pour les livres lus, les cadeaux faits ou reçus, les projets (achats, voyages...)

Une double page spectacles et films. Existe aussi pour les livres lus, les cadeaux faits ou reçus, les projets (achats, voyages…)

Une double page sur le suivi des soins. A gauche, les soins remboursés, à droite, les soins non remboursés (esthétique, coiffure, cosmétiques etc)

Une double page sur le suivi des soins. A gauche, les soins remboursés, à droite, les soins non remboursés (esthétique, coiffure, cosmétiques etc)

Une double page permettant le suivi du poids sur l'année.

Une double page permettant le suivi du poids sur l’année.

Une page permettant de lister les codes et mots de passe. Pratique ! J'en ai une dans mon Bullet Journal :)

Une page permettant de lister les codes et mots de passe. Pratique ! J’en ai une dans mon Bullet Journal 🙂

Les pages agenda :

En début de Kakebo, on trouve un agenda annuel classique sur deux pages puis, en début de chaque mois, un agenda mensuel :

kakebo-2016-dominique-loreau-calendrier-mensuel

Les semainiers consacrés aux finances peuvent également servir d’agenda car il y a des petits cadres dédiés permettant de noter les rendez-vous, les choses à faire ou à ne pas oublier.

Ce qui me semble intéressant dans ce système

Le Kakebo semble permettre un suivi vraiment très précis et minutieux des comptes. Tellement précis que l’introduction affirme que sur l’ensemble des gens utilisant un Kakebo, on constate une économie moyenne de 10% sur l’ensemble du budget. Moi qui vit actuellement avec de petits revenus et deux enfants à charge, je me dis qu’apprendre à utiliser mes comptes de façon rigoureuse et logique ne peut que me faire du bien 🙂

Le suivi quotidien des dépenses amène une vue permanente sur l’utilisation qui est faite de l’argent qu’on a en poche et permet de visualiser facilement la part de chaque poste. Par exemple, si par flemme de préparer un repas on déjeune dehors tous les midis à la pause du boulot, on verra de suite que ça finit par revenir vraiment plus cher qu’un déjeuner maison et on décidera peut-être de faire un effort de ce côté pour économiser au final une bonne centaine d’euros tous les mois, peut-être même plus. Et peut-être que ça permettra d’acheter le super manteau de la nouvelle collection Promod (avis à mon amoureux : un message subliminal est caché dans cette phrase !) alors qu’on pensait que ce n’était pas possible parce qu’on n’avait pas assez de sous.

L’utilisation systématique des espèces en retrait fixe toutes les semaines me paraît être un excellent moyen de se limiter à un budget. Combien de fois suis-je passée au supermarché avec l’intention de payer en espèces que j’avais exceptionnellement sur moi, pour finalement ne pas faire très attention au coût de mon panier puisque de toute façon, Miss CB était dans ma poche, prête à faire feu si le total dépassait mes moyens en liquide ? Je ne vous dirai pas combien de fois, mais c’est déjà beaucoup trop.

L’élargissement à la consignation de données personnelles amène un petit plus à l’outil qui n’est pas qu’un système de gestion financière mais également un agenda et un petit cahier de listes, envies et autres choses importantes pour le quotidien en dehors de l’argent. Personnellement, je n’utiliserai pas cet aspect du cahier, qui fait doublon avec mon Bullet Journal, mais pour ceux et celles qui ne bujotent (!!!) pas ça me semble assez attrayant.

Etre zen sur ses finances, c’est un gros poids en moins sur le quotidien. En cela, l’outil se rapproche d’un système de développement personnel puisqu’il permet (ou dit permettre^^) d’accéder à des choses qui nous semblaient hors de portée quand on était encore de mauvais élèves en Master Organisation mention Finances au Top.

Les inconvénients

Je le disais plus haut, ma CB c’est ma vie. Sans elle, point de salut. Je paye TOUT avec, c’est encore pire depuis que le Sans Contact s’est invité sur ma puce. Il va donc falloir que je réapprenne à gérer autrement mes dépenses, ça promet d’être perturbant, du moins au début j’imagine.

Je n’ai jamais été rigoureuse dans ma gestion financière. Le Kakebo impose une rigueur à laquelle je ne suis pas habituée, je me demande donc si je vais tenir sur la durée…mais d’après les témoignages, il ne faut que quelques minutes par jour pour consigner les dépenses quotidiennes et remplir les petites colonnes. Nous verrons donc si cela me donne de bonnes habitudes ou non !

Le format (A5) ne permet pas de l’avoir tout le temps avec soi pour noter les dépenses du jour au fur et à mesure qu’elles se présentent. Je pense donc me munir d’un petit carnet dédié à noter mes dépenses quotidiennes que je laisserai dans mon sac à main, et dont je recopierai le contenu le soir en remplissant mon Kakebo. A noter que l’édition 2017 (dispo ici) offre un mini Kakebo en plus du livre grand format, pour supprimer cette contrainte.

Et voilà pour ce petit tour d’horizon !

Je me laisse jusqu’à la fin de la semaine pour lister mes frais fixes, mes recettes habituelles, fixer un budget mensuel pour le quotidien et retirer ma première somme hebdomadaire en liquide à la fin du week-end. Démarrage officiel du Kakebo : lundi ! Début 2017, je reviendrai faire un bilan après trois mois d’utilisation….ou bien avant si je ne parviens pas à m’y tenir mais je suis motivée, les finances et moi allons peut-être réussir à nous entendre pour la première fois en 33 ans 🙂

On y croit !