Hello les Bullet Junkies !

Dans le dernier billet Bujo, je vous disais que le mois d’Avril était un mois important car il marquait mon passage du 1er au second carnet. Du coup, lors du transfert des pages principales de l’un à l’autre, j’ai eu l’occasion de me replonger un peu dans tout ce que j’avais inscrit dans ce premier carnet bleu turquoise et de constater tous les tests que j’avais pu faire sur les structures de mes plannings, la présentation des contenus, la mise en forme des Dailies ou des collections. Quelle évolution entre le mois de juillet 2016 et la fin du mois d’Avril 2017 ! Je voulais partager cela avec vous car souvent, sur le groupe facebook du Bullet Francophone, certains membres doutent de pouvoir progresser en organisation, en dessin ou en lettering (rappelons que ces deux derniers élements sont facultatifs dans un Bullet Journal, à la base c’est bien un outil d’organisation qu’on peut ensuite embellir, et pas un objet qui doit nécessairement être décoré pour fonctionner ! ). Et souvent, je leur répond que tout vient avec la pratique…et mon carnet en est un bel exemple je trouve alors voici mon message du jour : patience ! Qu’on parle de la structure même du carnet ou de ce qu’on met autour pour décorer, c’est en forgeant que l’on devient forgeron et c’est par la pratique qu’on réussit à s’approprier la méthode, l’optimiser pour ses besoins, et qu’on progresse aussi sur tous les petits à côté. Je suis encore loin de mes objectifs sur beaucoup de points mais je trouve super de pouvoir constater concrètement le chemin parcouru. Allez, je vous emmène faire un tour dans 9 mois d’évolutions de mon Bullet Journal !

Début de mon premier carnet. L’index. Dedans, je me trompe souvent, j’inverse des trucs sans faire exprès, je dois barrer, des fois j’ai même envie de le refaire tellement c’est le bazar là-dedans ! Je m’y retrouve quand même, mais ça pourrait être bien plus clair. J’essaye de matérialiser les différentes sections mensuelles ou les pages importantes avec des couleurs mais le résultat ne me convient pas vraiment. Je prends des notes sur une page de mon carnet quand je constate qu’un détail coince ou que je peux faire autrement, afin d’optimiser l’index du carnet suivant.

Mon premier Future Log (je n’ai pas pu refaire la photo car après avoir commencé dans un carnet Leuchtturm à pages vierges, ma folie des cadres de l’époque s’est vite révélée un enfer sans points de repères, je perdais un temps fou à tenter de tracer mes cadres à l’équerre…et je suis passée très vite sur un Leuchtturm pointillés. J’ai découpé les quelques pages auxquelles je tenais pour les coller dans ce nouveau modèle, ce premier Future Log est donc coincé sous une couche de colle , désolée pour la qualité !). Dans cette première version, je me trompe en mettant 31 jours à chaque mois, ça commence bien 😀 !

Mon premier planning mensuel, lui aussi sous une couche de colle aujourd’hui.

Mes premiers essais de liste. Je me souviens avoir réfléchi loooooooongtemps pour les bannières et avoir d’abord tout fait au crayon de papier, puis repassé, puis gommé…looooooooooongtemps quoi.

Mes premiers Daily Logs, à l’époque où je n’en faisais que très rarement et où je pouvais donc passer pas mal de temps à décorer chacun. Mes premiers tests de lettering façon « fausse calligraphie » également. Comme pour la page précédente : crayon de papier, repasser, gommer…Pour vous donner une idée, il m’a fallu une bonne heure pour dessiner les valises avec le chapeau ce jour-là. C’était mes débuts en petits dessins, n’importe quelle idée mettait vraiment longtemps à se mettre en place sur le papier, même avec un modèle. Aujourd’hui, après 9 mois d’entraînement régulier au dessin dans mon carnet, il me faut environ 10-15 minutes pour dessiner et mettre en couleurs des petites scènes de ce genre.

Un de mes premiers plannings hebdomadaires, utilisé en vacances pour garder un souvenir par jour. Je commençais à intégrer les trackers et à essayer de dessiner des petits trucs sans modèle.

Début de mon entraînement au lettering, en empruntant des formes et des effets à différentes images trouvées sur Pinterest. (pages de mon premier essai de bujo sur carnet vierge, collées sur mon carnet définitif pointillés)

Premières pages type « Gratitude Log », je commence à mettre des doodles un peu partout. Objectif : au moins un petit dessin par jour sur mon carnet (dans un daily log, sur un planning, n’importe) pour progresser.

Fin août : mon planning hebdomadaire garde les mêmes cases journalières mais ajoute une Dutch Door pour gagner de la place et pouvoir noter plus de choses. Cette disposition va me suivre un long moment. Je me sens déjà plus à l’aise sur mes traits, j’ai moins besoin de mon crayon de papier même s’il n’est jamais bien loin^^

Mon premier gros défi dessin. On ne dirait pas comme ça, mais ça a été une dure et longue épreuve ! Recopié sur un modèle. Première fois où je parviens à dessiner un personnage et ça me remplit de joie^^ (et de motivation pour continuer mon entraînement !)

Septembre. Je suis conquise par la Dutch Door, elle s’installe donc partout où j’ai besoin de noter beaucoup de choses pour m’organiser. Je poursuis mon entraînement au dessin en m’imposant un exercice de régularité dans le trait : des chevrons partouuuuuuuut ! Mes lettres calligraphiées deviennent un peu plus précise à force de les faire et de les refaire dès que j’ai un titre à écrire.

J’ai envie de tester des choses différentes alors j’essaye la mise en page d’Alice (@lesoucidudetailbujo), qui me suivra un petit moment même si elle est plus longue à mettre en place et au final moins fonctionnelle. Je reviendrai à mes Dailies habituels au bout de 4 semaines (et oui, pour ceux qui connaissent déjà cette page par les billets précédents, la faute d’orthographe dans la citation est toujours là ! 😀 )

Fin septembre, mon semainier a toujours les mêmes cases mais la Dutch Door double de volume, elle devient dépliable comme sur le planning mensuel de septembre. A l’époque, je ne fais pas encore de planning éditorial complet sur une page dédiée mais je commence à organiser mes publications, je note ce qui concerne le blog à l’intérieur de ce volet. Je teste de nouvelles écritures cursives, plus rondes, pour les titres journaliers.

Je continue mon entraînement au dessin et passe un temps fou sur cet oeil (et sur son modèle) . Deuxième gros défi pour moi mais je sens bien que j’ai progressé, ça va plus vite que la dernière fois !

Octobre. J’intègre un Bullet Plan en ouverture de chaque mois pour lister les pages à créer dans le mois. Toujours pour travailler le dessin, je choisis un thème que je traite dans plusieurs petits doodles. Je n’ai plus systématiquement besoin de modèles pour les doodles, mais je m’inspire encore de choses déjà vues pour les adapter à ma sauce. Nouveau défi d’après modèle : un animal. Je choisis le petit renard trop mignon de La p’tite manufacture. Malgré son apparente simplicité, il n’est pas si évident que ça à reproduire mais les progrès sont bien là, j’y arrive !

Novembre. Je continue mes thèmes de dessins mensuels pour progresser. Ce fut un mois complètement Kawaï !

Mes Dailies changent en novembre. Je teste différentes choses : des cases au lieu de mes bullets habituels, mais ça ne me convient pas et je reviens vite à mes bullets de départ, utiliser mon écriture en minuscules mais j’ai du mal à écrire petit de cette façon donc je reviens ensuite aux majuscules. Je modifie aussi la mise en forme de la date pour m’entraîner sur des typographies que j’aime bien.

En novembre, je teste aussi les challenges avec le Gratitude Challenge de Powa. Ca me plait mais je n’en ferai qu’un seul autre après celui-là (un challenge de citations positives, présenté sur le même modèle de liste + nuages). 2017 devrait en voir plusieurs en revanche : arrêt du tabac, sport, économies…j’ai des objectifs à atteindre et ça va m’aider ! Nouveau défi dessin sur cette double page : le petit éléphant.

Janvier, j’en profite pour refaire mon Future Log et corriger l’erreur des 31 jours perpétuels de la première version. Je conserve la mise en forme Calendex à gauche et Future Log classique à droite qui me permet de détailler certaines choses.

J’utilise de plus en plus mon Bullet Journal pour des collections utilitaires auxquelles je peux me référer pour améliorer mon quotidien et atteindre mes objectifs. Ici je teste une nouvelle mise en forme pour mes listes : titre au centre et éléments dispersés en étiquettes sur la page. Nouveau gros défi dessin : reproduire cette illustration de Magalie Foutrier !

En janvier, je commence à intégrer des mini-trackers d’hydratation dans mes Dailies. Je teste de nouvelles écritures et je commence à utiliser régulièrement la technique « petits flocons et points de couleurs » pour remplir les blancs. Je m’en sers toujours aujourd’hui quand j’ai une zone à habiller sans dessiner.

Février, nouveau thème d’entraînement et nouveau défi dessin avec ce masque trouvé sur Pinterest.

Mars, encore un défi dessin pour la page de droite, d’après un modèle d’Amélie Biggs. Je vois que j’ai nettement progressé en n’ayant pas besoin de modèle pour faire la page de gauche ni les végétaux de la page de droite.

Avril. Nouveau carnet ! Et nouvel index. Armée de mes notes issues de l’index précédent, je me débrouille déjà bien mieux pour avoir quelque chose de clair où je peux identifier rapidement les types de contenus et les sections mensuelles. Je vous en parle bientôt plus en détail dans un billet où je vous donnerai mes astuces pour retrouver facilement les contenus de votre carnet.

Nouveau carnet, nouveau Future Log. Pour conserver les avantages de la vue Calendex et ceux des zones de notes du Future Log classique, tout en gardant une vue à plus long terme que sur les versions précédentes, je ré-installe la Dutch Door ! J’aime le Bullet Journal pour ça : pouvoir moduler les contenus à volonté pour en faire des outils vraiment sur mesure. Je crois avoir trouvé mon idéal de planification à long terme, il y a tout ce qui me va dans cette version !

Je transfère mes collections préférées et je choisis pour ce nouveau carnet d’être plus cohérente dans la présentation des contenus. Toutes les listes adoptent les mêmes mises en page globales.

Mon planning hebdomadaire prend une nouvelle forme pour mieux mener de front vie perso et vie pro. Mes tâches à répartir sur la semaine (en page de droite) sont désormais groupées par catégories pour être visualisées plus facilement. Hyper efficace !

Je ne me vois pas dessiner des séparateurs sous chaque titre de semaine. Contrairement au premier carnet, je dessine moins, j’accorde plus de temps au contenu, je cherche plus de sens et de cohérence et pas forcément de déco partout. En revanche je mets plus l’accent sur la couleur et sur le lettering que je travaille vraiment beaucoup en ce moment sur toutes les pages. Du coup, le masking-tape fait son apparition, vite-fait bien fait ! J’en choisis un différent toutes les semaines, qui détermine la palette de couleurs globale de la double page (ils finiront par revenir inévitablement sur plusieurs semainiers, je n’ai pas encore 52 rouleaux de masking tape et ce n’est pas vraiment mon objectif^^).

Bon, je dessine quand même encore un peu, des fois…On voit également une grosse différence dans mes calligraphies par rapport au carnet précédent.

Mes Dailies ont encore évolué. C’est finalement un mix des tous premiers avec la barre horaire, de ceux de fin 2016-début 2017 avec les gros chiffres pour la date, et un nouveau style de lettering que j’adore en ce moment : en couleur ! Je me suis aussi créé de nouvelles icônes de météo. Et je prends vraiment goût au masking-tape…

Je continue de m’entraîner régulièrement à l’écriture, mais je me concentre sur une typo manuscrite désormais, que j’affine au fil des exercices. Ce n’est pas une écriture naturelle, je la construis, à l’inverse de l’écriture en majuscule que j’utilise pour mes tâches, qui est mon écriture naturelle pour laquelle je ne me pose pas de questions. Et revoilà les flocons !

Alors, vous aussi vous trouvez qu’il y a une sacrée différence entre les débuts et maintenant ?

J’aime bien regarder cette progression. Ça me rappelle que pour tout, il faut du temps, et de la persévérance. J’ai autant progressé en organisation et en appropriation de la méthode qu’en mise en forme, en écriture ou en dessin. Mais avec du temps ! Donc ne vous découragez pas si vous ne parvenez pas de suite à faire ce que vous voulez. Essayez, trompez-vous, recommencez, patiemment. Et ça marchera, sans que vous l’ayez vu venir !

Bujotez bien !

Matériel utilisé :

Bonjour Bibiche, Dalbe, Le Souci Du Détail et Journaling.fr m’ont offert leurs produits. Les feutres Tombow m’ont été offert par Rougier & Plé. Merci à eux pour leur confiance.