Pâtisserie crue : bavarois vanille-fruits rouges (vegan)

Mardi 5 juin, mon fils a eu 4 ans !

L’occasion pour moi de constater qu’il va bientôt falloir que je fasse un billet du type « 10 signes qui montrent que je ne suis plus une jeune maman », ou quelque chose dans le genre. A 6 et 4 ans, mes enfants ne sont définitivement plus des tous-petits !

L’anniversaire de Marin se fête en plusieurs étapes cette année : d’abord tous les trois le jour J, dans 10 jours avec ses copains d’école, et ce dimanche 10 juin avec une amie et sa fille. Pour l’occasion j’avais demandé à Marin ce qu’il voulait comme gâteau, et il m’a réclamé l’un de mes préférés : le bavarois cru vanille-fruits rouges.

Comment ça, cru ?!

Je vous ai entendus ^^ Rassurez-vous : non, la pâtisserie crue ne consiste pas à mélanger tous les ingrédients habituels de la pâtisserie et à les consommer ensuite sans les faire cuire. La pâtisserie crue est une méthode de cuisine que je qualifierais de créative, tant elle diffère des traditions de notre pays en la matière.

Exit les farines et sucres blancs en grandes quantités, au revoir les oeufs, adieu beurre, crème et autres poudres à lever. Bonjour flocons d’avoine, agar-agar*, sirop d’agave, figues, dattes, poudre d’amande, huile de coco et autres avocats bien mûrs. Autant d’ingrédients qui n’ont nul besoin de cuisson pour être mangés, et dont l’association crée de vraies merveilles culinaires que vous êtes à mille lieues de soupçonner.  Comme par exemple, donc, ce merveilleux gâteau d’anniversaire, tiré du livre La pâtisserie crue d’Ophélie Véron (alias Antigone XXI), que j’ai dans ma bibliothèque de recettes véganes depuis sa sortie, et qui est absolument incontournable :

Bavarois cru vegan aux fruits rouges

Avouez que vous ne vous attendiez pas à ça 😛

La pâtisserie crue, c’est beau, et c’est bon. Bon pour la santé, mais aussi pour la planète car on n’utilise quasiment que des ingrédients de base non-transformés. Je sais que certain-e-s d’entre vous vont me demander la recette, ceci étant je ne peux pas la partager car elle est issue d’un livre et je ne dispose pas des droits nécessaires pour en reproduire le contenu ici (propriété intellectuelle, of course !). Toutefois ce que je peux vous dire c’est que :

Pour la base, on utilise des flocons d’avoine moulus en farine, de la poudre d’amande, de l’huile de coco fondue, de la purée d’amandes (je n’en avais plus, la purée de noisettes passe très bien aussi !), du sirop d’agave et un peu d’eau. On mélange bien, on fait une boule et on tasse au fond d’un moule à charnières (moi j’ai un cercle à pâtisserie réglable à coulisse, ça marche aussi).

Pour la mousse « vanille », on utilise des bananes que l’on mixe avec de l’huile de coco fondue, de l’agar-agar*, du sirop d’agave, de la vanille et de la poudre d’amandes (cette fois je n’en avais pas assez pour toute la recette, j’ai donc complété avec du son d’avoine, résultat identique !).

*l’agar-agar est une algue – sans goût ! -réduite en poudre qui, une fois délayée dans l’eau et portée à ébullition pendant 1 à 2 minutes, donne les mêmes propriétés que les feuilles de gélatine une fois la préparation refroidie)

Pour la mousse fruits rouges, on utilise les mêmes ingrédients que précédemment en remplaçant les bananes par…des fruits rouges, mais vous aviez deviné. La recette initiale n’utilise que des fraises mais elle peut s’adapter avec plein de fruits : j’ai déjà testé kiwi, mangue, framboise-litchi, pêches, abricots….

Temps de préparation : environ 20-30 minutes. Pour le montage on peut choisir soit de faire une alternance 1 cuillère de crème blanche / 1 cuillère de crème rouge et laisser les préparations s’étaler et se mélanger d’elles-mêmes, pour un joli effet marbré. Ou bien comme ici, un étage blanc suivi d’un étage rouge (dans ce cas, je verse ma préparation blanche, je laisse prendre 10-15 minutes au frigo puis je verse la crème rouge).

On dépose tout ça au frais pour une ou deux heures, puis quand les crèmes sont bien prises on recouvre le tout d’une belle quantité de fruits.

Et c’est merveilleux !

Ce que je peux vous dire également, c’est que cet incroyable petit livre est dispo chez Cultura pour 13,50€,  et que vous pouvez en avoir un aperçu plus détaillé dans la bibliothèque de la boutique.

Ce bavarois est un succès à chaque fois.

Et presque à chaque fois on me demande : « Et alors tu mets combien d’oeufs pour ta pâte ? », « Quelle quantité de crème pour les mousses ? ». Et quand je dis (parce que je ne le dis qu’après), que c’est cru ET végane, la surprise est totale 🙂 Il y a bientôt deux ans, cette méthode de pâtisserie crue a été pour moi une vraie découverte en même temps qu’une révélation. Saine, beaucoup plus légère et beaucoup moins sucrée (ou du moins avec des sucrants bien plus qualitatifs et qui apportent tout un tas de bonnes choses à l’organisme, à l’inverse des sucres habituels), elle s’invite très souvent à la maison et tout le monde adore, notamment les invités !

Bon anniversaire Marin !

La pâtisserie crue – Ophélie Véron

13,50 

Ne pas cuire ! Voilà la bonne idée pour pâtisser original, sain et gourmand.

Ophélie Véron, alias Antigone XXI, nous fait découvrir des techniques simples pour fabriquer des pâtes à tartes, des crèmes onctueuses, des «caramels»…
Charlottes, crumble et bavarois pour recevoir, mignardises et snack à emporter, chez les chefs raw la créativité est obligatoire.

Ce produit est proposé en affiliation. En passant commande sur le site partenaire pour ce produit ou un autre, je toucherai une commission sur votre panier, sans frais supplémentaires pour vous. L'affiliation nécessite l'installation d'un cookie permettant de suivre votre navigation, mais pas de collecter des données permettant de vous identifier. Pour plus d'informations sur l'affiliation et la collecte de vos données depuis le blog et la boutique, consultez la politique de monétisation et la politique de confidentialité.

Catégories : ,
Commenter5
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce billet présente des liens affiliés, reconnaissables à leur couleur bleu gris et aux boutons renvoyant vers les boutiques en ligne de mes marques partenaires. En passant commande sur les sites partenaires pour ce produit ou un autre, je toucherai une commission sur votre panier, sans frais supplémentaires pour vous. L'affiliation nécessite l'installation d'un cookie permettant de suivre votre navigation, mais pas de collecter des données permettant de vous identifier. Pour plus d'informations sur l'affiliation et la collecte de vos données depuis le blog et la boutique, consultez la politique de monétisation et la politique de confidentialité.

5 commentaires

    • Merci à toi Ophélie, même si je sais que tu ne veux plus partager de recettes de cuisine, ici on prend encore grand plaisir à les réaliser 😛

    • Bonjour, j’ai une petite question !! en fait deux.
      Je suis très attirée par ce type de cuisine, mais voilà deux réserves que j’ai un peu de mal à lever … Peut-être pourrez-vous m’aider un peu ?
      La première : j’ai un fils allergique aux fruits à coque … Du coup exit les noisettes, amandes et autres bonnes choses de ce type ! Mais par quoi pourrait-on bien les remplacer ??
      La deuxième : Julie précise que cette cuisine est bonne pour la santé, ça je suis d’accord. Bonne pour la planète par contre, bof ! car vous avez quand même un grand nombre d’ingrédients il me semble qui viennent de très loin … ! Est-ce que les autres recettes du livre sont plus « locales » ?
      Dans tous les cas bravo pour ce livre qui a l’air d’une petite merveille.

  • Tout d’abord un très joyeux anniversaire à Marin.😊
    Gâteau original mais je mettrai un bémol sur le bon pour la planète. En effet, pour que cela soit le cas, il faudrait que tous les aliments soient locaux et non transformés ce qui est loin d’être le cas. Un gâteau aux yaourt avec des oeufs, de la farine du lait et du beurre d’une ferme est bien
    meilleur pour la planète et bon pour la santé tout autant que le gâteau crue 😉 belle journée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.